L'ENTOMOPHAGIE OU L' ART DE MANGER DES INSECTES AU FIL DES SIÈCLES

Longtemps considérés comme nuisibles, les insectes font partie de notre histoire culinaire et semblent être de plus en plus envisagés dans la cuisine occidentale. 

 


Les insectes au cœur de l’assiette de nos ancêtres

Bien que rare au sein des sociétés occidentales, l’entomophagie est une pratique ancestrale qui a eu un poids important dans le régime alimentaire de l’Homme au cours de l’histoire. En effet, les insectes faisaient partie de l’alimentation des chasseurs cueilleurs. La consommation d’insectes est citée dans divers documents théologiques comme les textes catholiques, juifs et musulmans.

 

Plusieurs vestiges témoignent de l’entomophagie. Celle-ci semble avoir débutée au paléolithique (environ 9 000 ans avant notre ère) comme le prouvent divers peintures, sculptures et totems de l’époque. En Europe, les premières allusions à l’entomophagie datent de la Grèce Antique. Dans l’ouvrage L’Histoire des Animaux (384 – 322 avant J.C) d’Aristote, la consommation de cigales est décrite. D’autres documents la présentent comme une pratique ordinaire. Diodorus de Sicile (200 ans avant J.C.) cite la consommation de sauterelles et de criquets par les populations éthiopiennes. En Rome Antique, Pline l’Ancient évoque un plat particulièrement apprécié à base de larves de coléoptères. Enfin, en Asie, la littérature chinoise fait allusion à l’entomophagie notamment dans le recueil de médicine chinoise Bencao gangmun de Li Shizhen (Dynastie Ming, 1368 – 1644). Des recettes à base d’insectes y sont expliquées  ainsi que les propriétés médicinales de ces animaux.

 

Dans la société occidentale moderne, la quasi disparition de l’entomophagie peut s’expliquer par la sédentarisation de nos ancêtres au Néolithique.  Les insectes n’étant presque pas domestiqués[1], l’élevage de grands mammifères est apparu comme une solution pour nourrir un plus grand nombre d’individus à leur faim. Aujourd’hui, comme dans l’Antiquité, les insectes comestibles sont souvent considérés comme des produits à haute valeur ajoutée ou des aliments exotiques.  

 

Néanmoins, l’entomophagie n’est pas une pratique révolue et reste présente dans de nombreuses cultures.

 


[1] Mis à part les vers à soie, les abeilles et les cochenilles


L’entomophagie d’aujourd’hui

Dans notre société actuelle, on estime qu’environ 1 900 espèces d’insectes sont comestibles. Ces arthropodes sont présents dans l’assiette de 130 pays, dans des sociétés primitives tout comme dans des sociétés développées et modernes. Ils sont consommés à tous leurs stades de croissance (œufs, larves, nymphes et stade adulte). Les principales espèces présentes dans l’alimentation humaine sont :

  • Les coléoptères
  • Les lépidoptères (chenilles)
  • Les hyménoptères (abeilles, fourmis et guêpes)
  • Les orthoptères (grillons, sauterelles et criquets)

Dans de nombreux pays, comme pour les espèces de plantes, la consommation d’insectes est saisonnière et dépend des conditions météorologiques. 

L’entomophagie n’est pas une pratique primitive ou futuriste mais une pratique contemporaine. Les insectes comestibles présentent de nombreux avantages. La suite, dans le prochain article ! 

Écrire commentaire

Commentaires: 0